27 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Sarah

Il est 2 heures du matin et je ne dors pas.

Il fait trop chaud, trop lourd et mes neurones fonctionnent à plein régime.

Je vous ai pourtant souhaiter de bonnes vacances plus tôt hier mais les mots qui tournent sans cesse dans ma tête depuis tout à l’heure ne demandent qu’à sortir alors…

En fait, je me pose des questions.

Qu’est ce qui ne va pas avec « la marche des bébés »? Pourquoi si peu de mobilisation que ce soit sur facebook ou sur le blog?

Une partie de moi me dit que c’est parce que c’est les vacances, c’est peace and love, on a pas envie de se prendre la tête.. Je comprends.

Une autre me dit que c’est (peut-être) parce que vous  ne comprenez pas pourquoi je me mobilise. BDA étant né plus qu’à terme… Pour la « gloire » peut-être?

Non, me voir comme la « star » numéro 1 dans les yeux de BDA me suffit largement!

Sarah.

Elle s’appelait Sarah.

Je travaillais en gynéco, sa maman était ma patiente.

Petit bébé d’à peine 800 grammes, Sarah était en couveuse, en néonat.

A l’époque, jeune fille et jeune infirmière que j’étais, je ne comprenais pas pourquoi sa maman ne voulait pas aller la voir.

Je ne me souviens plus du pourquoi du comment et, à vrai dire, on s’en fiche mais je me souviens que cette maman se sentait coupable d’avoir accouché trop tôt.

Elle était aussi dans un déni total. Pour elle, son bébé était encore dans son ventre et elle ne comprenait pas pourquoi on lui demandait d’aller voir un bébé qui n’était pas le sien.

J’étais mal de savoir ce si petit bébé se battre seul alors qu’il avait tant besoin de l’amour de sa mère.

Bien entendu, le papa était là.

Formidable papa.

Tantôt au chevet de sa femme, tantôt au chevet de sa fille, essayant, tant bien que mal, de faire le lien entre les 2.

Il lui montrait des photos de Sarah. Elle tournait la tête.

C’était trop dur,ce n’était pas possible.

Un jour, elle m’appela.

- Je veux aller la voir.

Ni une ni deux, j’ai tout lâché: les autres patientes, les autres soins, les collègues, et je l’ai accompagné auprès de sa petite fille.

Dans cette chambre remplit d’appareils, je me sentais de trop mais la maman m’a demandé de rester, pour la soutenir et j’ai pu assister à leur première rencontre. Ce dialogue muet entre la maman et son bébé à travers la vitre de la couveuse.

C’était magnifique, c’était magique.

Aujourd’hui, Sarah doit avoir 6/7 ans et je pense à elle, souvent.

Je l’imagine courant dans un grand jardin, riant aux éclats et se jetant dans les bras de sa mère.

Aime-t-elle les princesses? Aime-t-elle la musique? A-t-elle des frères et soeurs? Va-t-elle bien?

Je n’ai été que de passage dans leurs vies et elles n’ont été que de passage dans la mienne et pourtant je me rappelle très bien d’elles.

Leur histoire, leur rencontre m’a touché.

Alors voilà ce qui m’a fait m’engager auprès de Prem Up: Sarah, un petit bébé de 800 grammes…

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Autreservice |
Bonsblogs |
Modestil |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Pecheabricot
| Blog-Note Rose
| Douane